[MDAA] Premières interviews

par Coralie et Laura (3eB). Extraits

Nous étions tout un petit groupe pour faire notre interview. Oriane était au micro, Jeanne était celle qui prenait la prise de note, Laura était la preneur de son et moi, Coralie, j’étais celle qui prenait les photos.

Au début de l’interview nous étions un peu stressées car c’était la première que nous faisions. Puis les autres groupes sont passés, on a pu voir comment ils abordaient le sujet, leurs difficultés, leurs façons de s’exprimer, les points positifs et nous avons essayé de faire mieux qu’eux !

Nous voulions vraiment réussir cette interview, nous sommes un groupe soudé, de bonnes copines et nous avons tout fait pour mettre les chances de notre côté.

D’un naturel timide, j’étais stressée à l’idée de monter sur l’estrade devant les autres groupes mais une fois que j’y suis montée, j’étais plus à l’aise (…)

Nous avons posé nos questions à l’éducateur-jardinier, il nous a bien décrit son métier, sa passion de le faire et d’aider les autre, c’est un métier qu’il rêvait de faire depuis son enfance. Il fait à la fois jardinier et éducateur pour des personnes en difficultés, (…), ce travail nécessite beaucoup d’écoute vis à vis des autres, de la rigueur, du calme et de la fermeté.

Ce monsieur était vraiment très sympa, il nous a fait beaucoup rire pendant l’interview (…) Cette interview m’a permis d’apprendre des choses sur les métiers mais aussi de voir à quel point il est important de choisir un métier qui nous plaît (…)

—————————–

Moi aussi, au départ j’étais stressée, mon rôle était de prendre le son, ce que j’ai bien aimé car on peut être bien à l’écoute de la personne qui nous parle. Mais je ne vous cache pas que je plains ceux qui font ça dans la vie tous les jour car c’est peut être bien, mais quand on tombe sur des personne qui parlent beaucoup, je ne vous cache pas qu’il faut avoir des muscle dans le bras pour tenir le micro ! (…)

J’espère vraiment qu’on recommencera.

J’ai aussi testé le rôle de preneur de note et à vrai dire ce n’est pas simple car il faut essayer de prendre l’essentiel et ce n’est pas évident car quand on est en train d’écrire le mot ou la phrase, la personne enchaîne avec d’autres paroles importantes donc il faut être rapide, d’autant plus si la personne parle très vite, on ne peut pas se rattraper et il n’y a personne pour nous aider …


Quand nous avons commencé j’étais un peu stressée également mais ravie à la fois de jouer le jeu. Nous avions décidé de focaliser notre interview sur le métier d’éducateur car ça nous semblait très intéressant. Au moment de lui poser les questions, j’avais les mains moites car j’avais peur de ne pas poser les bonnes questions, mais au final, tout c’est très bien passé. Tout le monde était très content de cette rencontre et nous l’avons laissé partir à son travail de jardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *